[ NC-16 ]
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Yami ▬ Protect what matters the most (100%)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Yami ▬ Protect what matters the most (100%) Mar 12 Juin - 17:53




Silent Knight
Yami





• Surnom : Yams, l'enfoiré, le zombie ou SK.
• Âge : 21 ans.
• Sexe : Mâle.
• Orientation sexuelle : Bisexuel à tendance homo.
• Groupe : PokéTai sauvage.
• Pokémon : Dracaufeu shiny.
• Espèce : Flamme.
• Type : Feu.








I don't want to be anyone else, because it wouldn't be me.ˮ


✥ PHYSIQUE - Yami pourrait être un garçon normal, en réalité. On aurait pu le confondre dans la masse, mais son patrimoine génétique en fit autrement : en effet, les caractéristiques du brun sont très présentes. La première chose qui frappe lorsque l'on le regarde, c'est la couleur de ses iris. Ses prunelles rubis semblent emplies de malice et de férocité prête à éclater à tout moment, si bien que lorsque l'on plonge son regard dans celui rubis de l'autre, on se sent absorbé par un trou noir ; le vide qui s'en dégage en est effrayant pour certains, passionnant pour d'autres. Peu peuvent supporter la force de son regard ; beaucoup en effet, ne peuvent pas la fixer de très près, déconcertés par la lourdeur qu'il s'en dégage. Cette teinte lui vient de sa particularité, le fait d'être shiny. Les pokéTais aux yeux rouges sont très rares, alors il s'agit d'un détail qui pourrait un jour lui valoir sa très, très chère liberté. De temps en temps, en ville, il porte des lunettes teintées pour les cacher, et ainsi passer inaperçu. Mais lorsqu'il se trouve dans la nature, il abandonne tout camouflage.

Côté vêtements, une constante régulière revient toujours avec lui : le noir. Partout. En plus d'être la couleur de ses cheveux, de ses ailes, il s'agit de celle de ses habits. Généralement, il porte une veste polaire de cette couleur, en plus d'un t-shirt rouge, ce qui crée un effet de contraste assez intéressant. Chez lui, pas de complications : tant que c'est facile à mettre et que ce n'est pas trop criard, tout va bien. Par ailleurs, il n'échangerait pour rien ses baskets, qu'il juge bien plus confortable. De plus, il cache deux ailes sombres sous sa veste, pour ne pas être repérer ; ces deux choses sont en effet un signe clair qui pourrait trahir son identité, et c'est pourquoi il préfère les enfermer dans des bandelettes pour qu'ainsi, on ne comprenne pas qui il est. Lesdites ailes sont assez grandes et articulées pour lui permettre de voler, ainsi que d'envoyer des bourrasques de vent très utiles en combat. Autrement, il y a un point négatif : elles sont TRÈS visibles. C'est un avantage et à la fois son plus grand malheur : lorsque vous êtes entouré d'humains, il est dur de nier être un PokéTai lorsque deux ailes noirs de jais sortent de votre dos. C'est pour cela qu'il ne les laisse à l'heure libre que très peu souvent, de peur d'être aussi facilement découvert, que les précautions qu'il prend chaque jour n'aient servi à rien. Vous seriez surpris de le voir paniquer lorsqu'elles se trouvent à découvert...

Quelques petits détails physiques sont à noter chez lui : de toutes petites cornes, presque des bosses, sortent du sommet de sa nuque. Bien évidemment, il possède une longue queue noire, bordée d'une flamme brûlante ; celle-ci, contrairement à celles des autres de son espèce, traîne au sol. Vous êtes donc en droit de vous demander un chose ; comment peut-il la dissimuler ? Ce n'est pas comme si cette horreur (plus gênante qu'autre chose, en fait) pouvait lui être utile autrement qu'en combat, et encore. Et là, vous allez probablement être surpris : il ne fait absolument rien pour la cacher aux inconnus. On peut être confus, après toutes les précautions qu'il prend pour dissimuler de petites choses telles que la couleur de ses yeux, ou encore ses ailes. Sa flamme est également sa plus grosse faiblesse : si l'intensité de celle-ci diminue, sa santé sera critique et il deviendra aussi faible, inoffensif qu'un petit Rattata. Mais voyez-vous, il utilise une méthode très simple : il fait tout pour que sa queue soit collée dans son dos, quitte à former une bosse vu de l'extérieur. Son corps étant fait pour résister face à la chaleur, le toucher de la flamme sur sa peau nue ne le brûle pas. Il utilise également des bandages pour la faire tenir.

Son teint est pâle, contrastant terriblement avec tout son être. Il est presque livide. Le fait qu'il soit grand et plutôt maigrichon paraît très dur à croire lorsque l'on connait sa race. Là où la majorité des Dracaufeu sont musclés, lui n'est pas aussi faible qu'il y paraît ; tout ceci est un attrape-nigauds qui fonctionne particulièrement bien lorsqu'il faut se nourrir. Des canines effilées tranchant des jugulaires se trouvent dans cette bouche, des griffes aiguisées déchirant la peau se trouvent sur ces mains. On aurait tendance à le voir comme une proie faible, dénuée de force, mais c'est une erreur gravissime. Quiconque connait les membres de son espèce sait qu'il ne vaut mieux pas se les mettre à dos. Bien évidemment, il a des nombreuses faiblesses, mais son peuple est ainsi : fier et orgueilleux, refusant de montrer la moindre faiblesse devant les autres.


I don't get people. Never have, never will.ˮ


✥ MENTAL - Il y a deux personnalités, chez lui. Celle réservée aux PokéTai où il se montre serviable, sympathique, souriant, malicieux et protecteur, qui est celle qu'il affiche la plupart du temps. Puis il y a celle qu'il porte devant des humains normaux ; haine, méchanceté, cruauté, manipulation. Un véritable masque sur pattes, qui ne fait qu'appliquer directement ses propres principes ; c'est pour lui une évidence même de ne jamais, ô grand jamais, s'approcher trop près d'un humain sous peine de devoir s'en débarasser. Il n'est pas particulièrement, mauvais, en sorte, mais la situation de ses congénères a définitivement modifié son caractère, le remplissant d'une hargne qui ne le quittera probablement plus jamais. C'est majoritairement pour cela qu'il a tendance à rester seul, ou à éviter les contacts. On peut considérer cela comme de la méfiance ou même de la peur, mais on ne peut pas en être totalement sûr.

Un deuxième détail crucial chez lui, c'est son côté sarcastique. Lorsque quelque chose l'ennuie, il y va de sa petite remarque acide et désagréable, parce qu'il est ainsi. Il ne supporte pas l'idiotie, mais seulement si la personne en question l'est intérieurement. Les personnes arrogantes et superficielles sont majoritairement celles qui souffrent de son naturel asocial, car il les juge naturellement stupides, vu qu'elles font inconsciemment du mal aux autres. Sur ce côté-là, il n'y reviendra jamais. Il aime utiliser l'ironie pour ses tirades, plus particulièrement lorsqu'il s'agit de petits problèmes du quotidien. On peut dire sans mentir qu'il est, mentalement, un cousin loin du Dr.House. Yami est sec et franc : lorsqu'il veut dire quelque chose, il n'y va pas par quatre chemins et passe directement au sujet important. Il n'hésitera pas à asséner la plus dure des vérités, car il estime que fuir les faits est une attitude de lâche, ce qu'il n'est pas. Il méprise ouvertement ceux qui fuient leurs démons, ayant lui-même du apprendre à les mépriser. On peut dire sans soucis qu'il transpose son cas sur les autres, et ne regrette jamais ses mots. Parce qu'il est ainsi. Mais certaines personnes, si elles réfléchissent bien, verront derrière cette facette de sa personnalité un fait très simple ; il refuse de laisser les gens s'enfoncer dans leurs soucis et estime que s'ils sont incapable de se relever, alors ils ne méritent pas son attention.

Car oui, si vous ne l'avez pas déjà deviné, Yami est fier. Très fier. Ce minuscule détail fait de lui une tsundere. « Tsundere » est un terme japonais définissant quelqu'un qui refusera toujours d'avouer publiquement qu'il apprécie quelqu'un, et qui traiterait donc constamment quelqu'un qu'elle apprécie comme quelqu'un qu'elle détesterait. Hé bien ça, ça définit parfaitement le brun. Il a horreur des démonstrations publiques d'affection et si vous faites parti des personnes dont il aime la compagnie, alors il passera son temps à vous envoyer des remarques sarcastiques à la pelle. Vous faites une erreur ? Comptez sur lui pour, avec un rictus arrogant, la corriger en vous traitant, de façon subtile, de « dégénéré consanguin qui ne serait même pas capable de reconnaître un morceau de chocolat d'une déjection de Caninos ». Charmant, n'est-ce pas ? Certes, il est souvent plus subtil dans sa façon d'insulter, mais rien ne vaut d'être un peu plus vulgaire lorsque la situation le demande. Croyez-moi, c'est une professionnelle qui parle... Ah et oui, un détail qui peut en faire rigoler beaucoup : Yami rougit très facilement. Mais vraiment, car il est prude. Et pas qu'un peu.

En général, il n'accorde aucun importance aux problèmes des autres (du moins pour les personnes qu'il ne connait pas). Vous ne le verrez pas pleurer pour une catastrophe naturelle et ses conséquences ; vous ne le verrez pas tenter de réconforter quelqu'un. Lui, même si vous êtes un de ses plus proches amis, ne vous laissera que son épaule pour pleurer et vous aidera à l'aide de « arrête de chialer, ça sert à rien ». On ne peut pas dire non plus qu'il soit égoïste. En fait, il l'est sans l'être, ce qui est assez étrange lorsqu'on ne le connait pas. Si vous êtes dans ses faveurs, il sera le premier à venir vous sortir de la bouse dans laquelle vous vous êtes enfoncée. Dans le cas contraire, il vous laissera vous noyer sans aucun remords. Car oui, j'ai oublié. Il est horriblement rancunier. Un seul mauvais coup et vous passez dans sa « black list », avec un peu moins de zéro virgule un de chance d'en sortir (ce qui entre nous ne fait pas beaucoup). Vous l'aurez compris, il est dur d'attirer son attention.

D'un naturel calme, détendu et réfléchi, il en faut beaucoup pour l'étonner. Et pour le piéger, il vous faudra faire preuve d'intelligence et de beaucoup de chance, car on n'apprend pas à un vieux singe à faire la grimace. Il est difficile d'imaginer une personne froide et détendue, mais en réalité, ces deux traits de personnalité se marient étonnamment bien, si bien qu'il s'agit même de la chose la plus visible chez lui. Il n'aime pas se stresser sur des détails peu intéressants, alors il les évite ou les met de côté. Ce trait de caractère lui a valu de nombreux problèmes dans le passé, mais il n'a pourtant pas l'attention d'en changer, malgré les ennuis qui peuvent arriver.

Si vous voulez tout savoir, Yami est quelqu'un d'extrêmement complexe. Si bien que moi-même, je ne sais pas si je pourrais vraiment tout vous expliquer en détail. Le premier fait qui peut frapper, c'est sa froideur naturelle, cette façon qu'il a de ne pas s'intéresser aux gens et de pouvoir cacher ses sentiments de manière exceptionnelle, tel un robot qui observerait la race humaine. Ça ne vient pas de son passé, non, c'est une chose naturelle chez lui, il n'attache aucune affection aux gens, sauf pour certaines exceptions. Vous aurez beau faire tout ce que vous voulez, il faudra beaucoup de temps pour qu'il accepte de vous avoir dans son champ de vision. Sinon, si vous rentrez dans la liste des personnes qu'il hait, il fera attention à vous. Oui, comme quelqu'un qu'il déteste, et il aurait une joie immense à vous pourrir la vie. Bonne chance, dans ce cas. Je vais rejoindre la première partie en disant ça, mais il est insensible. Dans le sens où la douleur des humains normaux ne le touche pas, à un point où il peut très bien passer devant une jeune fille en train de pleurer sans même lui adresser un regard.

Néanmoins, un point est vital : il a horreur des humains, mais voue sa vie aux PokéTai. Il se considère comme un chevalier noir, qui agit dans l'ombre. S'il affiche tout de même ce masque devant eux, il ne fera jamais souffrir un de ses congénères, et offrira même de la pitié aux pokéTai obéissants, malgré le mépris qu'il a pour eux. Les souvenirs de son passé peuvent également le perturber, et il arrive parfois qu'il soit momentanément inactif, comme perdu dans le vide, inexpressif. Si vous voulez un exemple, il lui arrive d'avoir des 'flash', et il n'en tire aucune tristesse. Et sachant qu'il n'a jamais été très heureux, il n'est pas vraiment étonnant qu'il ait fini par s'habituer à ce sentiment de vide, préférant l'embrasser que de chercher à l'éviter, et que, inévitablement, la retrouver des années plus tard, plus forte et présente qu'avant.

Vous êtes quelqu'un de parfaitement normal, pas trop spécial et que l'on peut facilement ignorer ? Alors il ne s'intéressera probablement jamais à vous, tant pis. C'est peut-être une meilleure chose pour vous : lorsqu'il s’intéresse à quelqu'un, il a la sale manie de tenter de décortiquer la personne en question, peu importe si elle aime ou pas. Car oui, il est curieux. Je suppose que ce n'est pas si étonnant et qu'il s'agit que l'un des nombreux clichés qu'il porte, mais c'est ainsi. Vous voyez les gamins surexcités qui vous disent « pourquoi ? », « Quoi ? », « Comment ? » et « Mais c'est quoi ? » tout le temps ? Enlever le côté surexcité et vous obtenez notre cher brun. Car oui, tout ce qui touche aux sciences, au fonctionnement des choses et de la nature l'intéresse. Imaginez donc comment il était en étant plus jeune ! Même à l'heure actuelle, sa curiosité maladive le pousse à faire des actions qu'il ne ferait pas en temps normal.

Derrière tout ses grands airs se cache son vilain petit secret, entouré de culpabilité refoulée, de peur et de hargne. Ce côté sombre de sa personnalité n'apparaît quasiment jamais, mais lorsqu'il le fait, il faut prévoir des catastrophes à venir. On dit que ce que l'on cache réapparaît forcément : le brun le sait, mais étant dans un déni si profond de ses propres soucis, il refuse d'affronter ses vieux démons. Le déni est peut-être la seule chose qu'il a lorsque ses sentiments apparaissent. C'en serait presque un drame si l'on ne savait pas qu'il est lui-même le responsable de ses propres problèmes. « J'aurais du l'aider, mais est-ce que ça aurait été utile ? Est-ce que je dois vraiment me méfier de tout ceux qui sont proches de moi ? » sont les questions qui hantent son esprit, ses cauchemars et ses pensées. L'amnésie serait presque une chose qu'il aurait souhaité, mais il ne pourrait pas vous dire ce qu'il aurait fait dans ce cas-là.

Son gros défaut ? C'est un véritable goinfre, un estomac sur pattes incapable de se contrôler lorsque de la nourriture entre dans son champ de vision, vraiment. Le tenir avec une laisse pourrait être une bonne idée pour le retenir, mais ce serait apparemment contre les droits de l'homme. Ou un quelconque texte de loi, je ne sais pas exactement lequel. Absolument accro au sucre et en particulier aux desserts, rien ne le retiendra lorsqu'un bonbon ou même un chocolat sera vu par ses yeux aiguisés. Non, ce n'est pas une blague, c'est la vérité pure et simple, mesdames et messieurs. Je donnerai une médaille à celui qui arrivera à le contrôler. Sachant que ça ne risque pas d'arriver, je peux la garder, en fait. Une petite précision : ne le laissez JAMAIS, Ô grand dieu JAMAIS seul avec un paquet de gâteaux ; c'est à vos risques et périls.

Néanmoins, malgré tout ces défauts, Yami est quelqu'un de brave et courageux. Si vous faites parti des quelques heureux élus que sont ceux qui ont attiré son affection, alors vous pouvez être sûr qu'il fera tout ce qui est en son pouvoir pour vous aider si vous avez de gros soucis. Le danger ne lui a jamais fait peur, étrangement, car il a toujours jugé que s'il n'agissait pas, alors il ne pouvait pas venir se plaindre après. Si sa seule peur est celle des oiseaux, il est difficilement impressionnable et ne craint pas grand chose, surtout les menaces, les coups. Pour lui, il n'y a rien de plus lâche que d'attaquer quelqu'un de sans-défense, et ne réfléchira pas trop avant de vous jeter un sort si vous faites du mal à quelqu'un qu'il apprécie. En gros ? Ne le testez pas sur ce point, vous risqueriez de le regretter, vraiment. Ce n'est pas une menace ; c'est un conseil.


Find something, never let it go. And then, protect it with all your heart.ˮ


✥ HISTOIRE -Yami. Ce nom, il l'a forgé, l'a crée lui-même. Les Dracaufeu sont des PokéTai solitaires, qui abandonnent leur progéniture dès que celle-ci peut se mettre à se nourrir seule, causant ainsi tragiquement la rareté de l'espèce. Nombreux sont les Salamèches qui meurent de faim, ou sont dévorés avant même qu'ils atteignent l'âge adolescent. Les mères mettent en effet bas seules, généralement dans des conditions sanitaires peu hygiéniques. Néanmoins, malgré tout cela, il naquit. Un petit PokéTai aux cheveux blonds comme le blé, aux yeux bleus brillants de joie et de bonne humeur ; il est différent de ses congénères. On lui a toujours dit, reproché, même sa génitrice : il n'était pas normal, avec ses cheveux dorés qui auraient du être roux. Mais il s'en fiche. Rapidement, l'enfant qu'il est apprend à survivre en pleine nature, sous l’œil malgré tout froid de sa mère ; celle-ci en effet n'est pas différente des autres de son espèce, et a déjà prévu de l'abandonner quand il aura compris toute les bases de la chasse. Mais la petite chose naïve qu'il est ne comprend toujours pas, malgré le temps qui passe, et passe encore, toujours plus vite. Ce sera un déchirement, pour lui qui n'a jamais pu faire confiance à quelqu'un d'autre. Mais la vie est ainsi, cruelle envers les faibles. Et ce qui devait arriver arriva. Dès qu'il put se débrouiller seul, il fut lâché dans la nature.

Le petit garçon, encore Salamèche et toujours faible, dut se débrouiller seul durant les jeunes années de sa vie, c'est à dire. C'est à cette période qu'il découvre la cruauté, l'horreur du monde réel qui n'est pas celui qu'il imaginait auparavant. Il passe des journées sous la pluie, apprend à se battre au péril de sa vie. C'est également durant ces moments durs qu'il se forge son caractère, devient plus manipulateur et développa une haine des humains. Il vit le territoire naturel être détruit, vit des PokéTai se faire capturer, ou encore même tués pour la braconnage. Voir tout à cela à un âge aussi jeune, cela vous forge le caractère, et pas qu'un peu. Il perd son innocence ainsi, se renforce face à la dramatique vérité autour de lui. Il s'enferme dans une bulle et pense se protéger ainsi, à rester loin de tout. Yami se cache constamment, reste loin de la civilisation et se rapproche plus de l'état animal que de celui d'un hybride humain. Le petit est peureux, pleurniche à la moindre douleur, est capricieux. Détestable, en somme. Il a l'habitude de montrer ses grands et beaux yeux pour amadouer les autres, ment. Une vipère au regard doux qui survit au dépends des autres. Par ailleurs, c'est durant cette période qu'il s'approprie un nom, qu'il a choisi lui-même ; l'arrogance dans le choix du mot « ténèbres » est représentatif de sa mentalité à cette époque.

Puis, vient le jour où il devint un Reptincel, suite à un combat des plus hardus. Il constata avec surprise l'arrivée de ses nouvelles forces, et devint encore plus arrogant. Fort, sûr de lui, il était pourtant persuadé d'être supérieur. Cette arrogance lui valut de perdre de nombreuses batailles, mais les cicatrices dans son dos lui servaient à se vanter de sa prétendue suprématie face aux autres. A chaque fois qu'il était vaincu, sa fierté en prenait un tel coup qu'il refusait de se calmer pendant plusieurs jours. Fierté, qui au passage, a toujours une grande influence sur ses actions, même maintenant. Il a toujours été ainsi. Droit, calme, maîtrisé, sûr de lui, malicieux. Sec, également, presque brute. Il vécut dans une forêt pendant un certain temps, jusqu'à sa quinzième année plus exactement, avant d'être forcé à déménager suite à la destruction de nombreux hectares pour la construction de villes plus ou moins modernes. Bien évidemment, les humains en profitèrent pour tenter de capturer des pokéTai, à son grand désarroi. Car en effet, malgré son arrogance et son égo gigantesque, il fut bien obligé d'avouer qu'il était impuissant face aux technologies humaines ; avouer cela créa une sorte de trou béant dans sa fierté, et la haine continuait de monter dans son corps. A l'époque, leurs actions n'étaient pas le moteur qui poussait Yami à mépriser ces êtres inférieurs, selon lui. Non, il s'agissait juste de ne pas être humilié, de pouvoir se montrer comme supérieur face à leurs armes.

Un jour fatidique, alors qu'il chassait, à la recherche de nourriture, qui était rare ces temps-ci, il tomba devant le cadavre d'une Dracaufeu. Par respect pour l'une des membres de son espèce, il s'agenouilla à ses côtés et lui accorda une minute de silence. En faisant cela, ses yeux tombèrent sur un enfant. Un petit garçon, qui devait avoir environ quatre ans de moins que lui, et qui tremblait de tout son petit cœur, baignant dans une mare de sang. Il fut comme paralysé, incapable de laisser le PokéTai cadet seul. Sans vraiment comprendre ce qu'il faisait, il l'enlaça, lui cachant la vision morbide du corps de sa mère. Il se reconnut en cette chose fragile, se vit à nouveau ; seul, abandonné par tous, bien que les circonstances soient bien différentes. Les jours suivants furent très flous pour les deux : Yami eut du mal à ajuster sa vie de solitaire aigri à celle d'un garçon tout juste âgé de douze ans, à vrai dire. De plus, il fallut se restreindre au niveau alimentaire : en effet, le plus jeune faisait parti de ceux qui n'avaient pas été séparés de leur mère et avaient été couvert de tout. Le brun dut chasser pour deux, sautant parfois un repas sur deux pour pouvoir permettre à son protégé de manger à sa faim. Étrangement, il n'en fut pas amer et ne le reprocha jamais à l'autre. C'était comme si toute sa méchanceté disparaissait quand il croisait le regard bleuté de celui qu'il avait sauvé d'une mort (ou d'une capture) certaine. A partir de ce moment, Yami redoubla de prudence avec la race humaine et n'hésitait plus à attaquer le premier qui s'aventurait un peu trop près d'eux.

C'est en défendant son protégé que Yami évolua finalement à sa forme adulte. Un majestueux Dracaufeu aux ailes noires et aux yeux rougeoyants. Sa nouvelle puissance lui permit de s'affirmer grandement face aux autres PokéTai, et ainsi pouvoir offrir au cadet une vie plus agréable. La capture et l'asservissement de ses congénères connaissant une période de hausse à ce moment, il dut redoubler de prudence pour ne pas être bêtement attrapé comme le dernier des abrutis. La présence du Salamèche avait réussi à tempérer son arrogance et la méchanceté naturelle dont il faisait preuve auparavant ; nous pouvons le dire, il s'est relativement adouci. Ce furent les années les plus agréables et les belles de sa pathétique vie, à vrai dire. Il avait encore dix-neuf ans, à l'époque. Adulte et responsable. Rien n'aurait pu troubler ce bonheur qui avait l'air si parfait. Vraiment ?

Une journée, il laissa le Salamèche chasser seul dans la forêt. Il ne le revit plus jamais. Le soir, il fouilla les bois de fond en combles, désespérément, ses yeux rouges envahis de larmes. Il hurla, son cri déchirant brisant le silence morbide de la forêt. Cette nuit, il désespéra, tomba dans un état presque digne d'un malade dans le coma. La raison qui l'avait poussé à survivre durant toute ces années avait disparu, comme ça. L'impression que les humains étaient responsables dans cette horreur le poussa à s'aventurer aux alentours des villes. Bien évidemment, son manque de précautions lui fut presque fatal : après avoir échappé de justesse à des dresseurs, il dut se calmer. Réfléchir, expirer un grand coup. Penser au lieu d'agir aussi stupidement. Son tempérament nerveux et colérique, à cet instant précis, s'était complètement évaporé. Persuadé que son manque de réaction et que sa faiblesse, plus particulièrement sa stupidité, étaient responsables de la disparition de son petit protégé, il changea complètement. Le traumatisme l'avait rendu plus bon, plus généreux envers ceux de son espèce. Il décida de consacrer le reste de ses jours, s'il le fallait, à la recherche de son ancien ami. S'il le fallait, il retournerait la terre, mais il avait besoin de récupérer ce rayon de soleil qui avait illuminé sa vie durant toute ces années.

Sa rancœur envers les humains fut telle qu'il décida de rejoindre un petit groupe de rebelles, qui aident régulièrement les pokéTai en difficulté. Bien évidemment, ce n'est que provisoire. Il a des projets bien plus importants... Mais pour l'instant, il faudra attendre. Il doit encore mettre ses pions en place.


Daily routine.ˮ


✥ TEST-RP -L'aube venait de se lever. Les rayons de l'astre solaire pénétrèrent dans la caverne, faisant sortir le jeune homme de son sommeil. Il poussa un grognement sonore et rauque avant de se relever péniblement, le regard mauvais. Ses yeux étaient fixés sur le sol, comme si il relâchait tout son mécontentement sur le sol ; ce qui est ridicule, vous en conviendrez. Il passa une main sur sa nuque, massant les vertèbres qui se tenaient en dessous. Un gémissement satisfait s'échappa de sa gorge alors qu'il sortait progressivement de la torpeur qui s'était emparé de lui ; il n'aurait jamais, mais alors jamais du faire ça. L'alcool n'était décidément pas quelque chose que son organisme pouvait supporter, apparemment. Néanmoins, lui n'était pas comme les humains ; vous ne le verrez pas recracher le contenu de son estomac parce qu'il a bu un verre de trop. Il étira ses deux grandes ailes noires, produisant un sifflement dans l'air alors qu'il les faisait se déployer plusieurs fois, avant de réveiller ses articulations douloureuses. Sa queue trainait encore au sol, signe plus que révélateur de sa fainéantise. La fatigue était marquée sur son visage : les cernes sombres sous ses yeux en étaient d'ailleurs les preuves concrètes. Il bailla bruyamment avant de s'étirer à la manière d'un chat. Rien ne lui aurait fait plus plaisir que de retourner dormir, à l'heure actuelle, mais il ne pouvait pas se permettre de gaspiller une journée aussi bêtement que cela. La faim tiraillait également son estomac, mais il n'avait pas assez de réserve et devait donc tenir jusqu'à ce soir. Il soupira. Le dilemme se fit dans sa tête durant, environ... Cinq secondes.

Après s'être habillé, et au passage avoir laissé ses caractéristiques à découvert, il prit une grande bouchée du pilon de poulet qu'il avait volé dans une boucherie humaine il y a deux ou trois jours. L'avantage d'être un pokétai feu, c'est que vous pouvez cuire votre repas sans grand soucis (après, il faut pouvoir se contrôler, mais ça, c'est une autre histoire). Le chemin jusqu'à sa destination n'était pas bien long, mais il avait besoin de force pour les évènements à venir. Si il n'avait pas tort, une bande de braconniers, de dresseurs ou il ne savait quoi encore, c'était des humains après tout, allaient débouler dans les environs du volcan pour s'attaquer aux Pokétais volcaniques. C'était terriblement risqué de leur part, sachant que les sauvages pouvaient très bien attaquer mutuellement et les amener à une mort certaine, ou a des très graves blessures. Lui s'en fichait pertinemment. Tant qu'aucun innocent n'était pas blessé, le reste n'était pas important. Pour lui, tout ce qui comptait, c'était de défendre ses congénères : le sort de ces pitoyables humains ne pesait pas dans l'équation finale. Un sourire cruel s'étira sur son visage blanc : peut-être aurait-il même le privilège d'en chasser plusieurs ? Oh, il n'avait pas l'intention de commettre un acte aussi horrible qu'un meurtre, mais il aurait pu jouer un petit peu avant de les laisser s'enfuir en courant. Ça aurait pu le divertir un petit peu ; il s'ennuyait fermement, ces derniers temps.
Le son très familier des flammes crépitantes le fit sortir de sa rêverie. Il fronça les sourcils ; ce n'était définitivement pas bon, il avait besoin de vérifier ce qui se passait. Il poussa un soupir agacé et se pinça l'arrête du nez, grommelant plusieurs injures que la décence interdirait à quiconque de répéter, ne serait-ce que pour les oreilles des plus jeunes.

« Et merde... » grogna-t-il premièrement.

Tout de suite après, il déploya complètement ses ailes et s'éleva dans la terre, remuant au passage la poussière au sol et créant un léger nuage noisette de sable ainsi que de terre. Ses douleurs articulaires le faisaient encore souffrir, mais il ignora l'élancement qu'il ressentait dans son dos. Il avait toujours aimé voler ainsi, en hauteur. Être loin de tout, pouvoir observer sans se mettre en danger et humer l'air. L'euphorie qu'il ressentait fans ces moments-là était incomparable. Alors qu'il était à une hauteur moyenne, ses yeux rubis firent le tour de la zone, inspectant le moindre recoin. Il passa plusieurs secondes avant que des cris ne finissent par alerter ses oreilles, au point où il fila vers l'endroit que ses tympans avaient cru définir. Ses ailes battaient le vent. Le feu crépitait, la chaleur dense de l'endroit aurait normalement du garder les humains à distance... Une odeur étrange parvint à ses narines, et il poussa un grognement rauque. C'était mauvais. Il connaissait cette odeur ; putride, désagréable, envahissante. Celle de ces parasites de dresseurs. Comment ces microbes pouvaient-ils se prétendre supérieurs ? Sans armes, ils seraient écrasé en moins d'une minute. Pitoyable.

Devant ses yeux ébahis se trouvaient des humains en train de s'attaquer à des enfants. Des enfants, pour l'amour d'Arceus ! Les pauvre petits Chamallots, Ousticrams ou encore les jeunes Caninos n'avaient aucune chance face aux armes humaines... C'était de la barbarie. Il allait pouvoir agir, mais le faire de front serait bien trop risqué. Il allait devoir secourir les plus lents et les moins agiles en premier. Par conséquent, le jeune Chamallot qu'il voyait était sa priorité. Malheureusement, sa rêverie fut interrompue lorsqu'une gerbe carmine liquide vola dans l'air. Ses yeux s'écarquillèrent et il poussa un grognement féroce, attirant par conséquent l'attention des dresseurs qui s'étaient soudainement mis à crier des ordres incompréhensibles, parce que ressemblant trop à des beuglements. Tant pis pour la subtilité et le plan ingénieux : il allait devoir y aller en force, quitte à recevoir un nombre important de dégâts. Il jura, et alors qu'une flèche passait à deux centimètres de son visage, il fonça en piqué vers l'endroit où se trouvait l'enfant qu'il devait ramener en lieu sûr.

Ses bras attrapèrent sa cible et, devant le visage ébahi du plus jeune, il offrit un sourire amusé. Rare étaient ses sourires, mais Yami avait toujours eu une faiblesse pour les jeunes. Surprenant quand on connaît l'individu. Enfin bref. Rapidement, juste avant de recevoir une flèche anesthésiante qui lui aurait coûté sa sécurité, en plus de sa liberté, il s'éleva à nouveau en l'air. Un rictus moqueur s'étira sur ses lèvres, croyant que ce serait aussi facile. En effet, les autres avaient pu s'enfuir pendant que l'attention des dresseurs était concentrée sur lui. Il n'avait plus qu'à trouver un endroit sûr pour cacher le plus jeune et reviendrait pour flanquer la peur de leurs vies à ces foutus humains. Du moins, il pensait que ce serait aussi simple ; c'est compréhensible, lorsque l'on y pense. Yami n'avait jamais expérimenté de difficulté en particulier lorsqu'il s'agissait de combat ; alors la moindre victoire lui semblait le fruit de sa réussite personnelle. Vision très égocentrique de la chose, je vous l'accorde. Il déposa le jeune Chamallot à l'entrée d'une grotte et lui fit signe d'y rentrer, pour y rester caché. Il s'attendait à ce que ainsi, il puisse en terminer. Pauvre petit naïf.

Le bruit du vent lui fit tourner la tête, pour croiser le regard marron d'un Kapoera. Visiblement, le regard noir qu'il lui envoyait et l'humain qui ricanait bêtement derrière lui étaient les preuves qui confirmaient sa théorie : ces sales rats avaient amené un pokétai avec eux. Inflexible et impassible, il jaugea son adversaire du regard avec une arrogance et une suffisance presque caricaturale. Celui-ci ne paraissait dégager que de l’obéissance vis à vis de ses captifs, ce qui contribuait à la colère du brun. Malgré tout la haine qu'il avait pour ces dictateurs despotiques, il ne pouvais pas en arriver à en vouloir aux pokétais dressés. N'importe qui, dans des conditions où sa vie serait en danger, accepterait l'emprisonnement. Du moins, la majorité des gens. Lui aurait préféré la mort. Volez-lui sa liberté, sa fierté et vous retrouverez une véritable loque, un reste. Il n'était rien sans cela. Et c'est pourquoi, malgré ses convictions, il n'hésiterait pas une seconde à se battre.

Comme il s'y attendait, son ennemi commença par une attaque directe et rapide : Vive-Attaque. Il encaissa le coup, ravalant le sang qui était monté dans sa gorge. Eberlué, l'autre constata qu'il ne pouvait plus bouger : son pied était en effet immobilisé par la seule force des bras de Yami. Il tenta tant bien que mal de se dégager, mais c'était déjà trop tard : un rictus carnassier s'était étiré sur le visage du brun, signe que ce serait bientôt terminé. En effet, quelque secondes plus tard, une grande quantité de flammes furent envoyés contre le pokétai combat, qui poussa un cri de douleur très aigu. Le jeune aux yeux rouges en profita pour reculer, rassuré par la facilité qu'il avait à maitriser son adversaire. Son ennemi le regardait désormais avec méfiance. Visiblement, il avait compris qu'il n'avait pas en face de lui un débutant en la matière. Si il manquait cruellement d'expérience, il n'en restait tout de même pas moins ingénieux. Mais son repos fut de court durée, car le Kapoera se décida soudainement à envoyer un Mawashi Geri, et il l'évita de justesse, passant près d'un coup qui aurait pu l’assommer. Sans hésiter une seconde, il déploya à nouveau ses ailes pour s'envoler.


« Bon, tu ne me laisses pas le choix, je vais devoir terminer ça rapidement... » marmonna-t-il en se rendant compte que ses stratégies ne fonctionneraient pas.

Il se mordit le pouce, lassé et nerveux. Avant même que l'autre n'ait pu réagir et le frapper, le battement dans l'air de ses ailes redouble, que dis-je, tripla d'intensité. Un vent rapide et fort s'installa progressivement sur l'endroit où il se trouvait. Tout se passa très vite, par la suite. Les différentes attaques Lame D'air percèrent sans soucis la défense de son adversaire, et celui-ci faillit s'évanouir à cause de la douleur infâme qu'il ressentait à présent. Une étincelle de tristesse passa dans ses yeux alors qu'il se rendit compte de ce qu'il faisait et de ce qu'il allait devoir faire. Il poussa un long soupir, fatigué. Il s'approcha du corps tremblant de son ennemi, l'air profondément attristé. Il n'aimait pas faire ce qu'il allait faire, mais il était persuadé que cela restait la meilleure chose à faire, dans toute cette histoire.

Alors qu'il s'attendait à pouvoir l'achever ainsi, le Kapoera se jeta sur lui et planta ses griffes dans sa peau, les yeux écarquillés et injectés de sang. L'autre avait mal ; il était désespéré, fatigué. Mais son instinct de conservation avait agi avant ; il poussait des cris à tout moment. Ses mains brillèrent d'une éclatante lumière blanche, ses ongles et ses doigts prirent une taille plus imposante avant qu'il ne lance une violente Dracogriffe, en qui il avait concentré toute ses forces. Violente, elle le fut. Tellement qu'elle projeta le soumis contre un rocher ardu, et sa tête le heurta. Yami ferma douloureusement les yeux. C'était bien mieux ainsi. L'autre aurait été incapable de résister encore face aux traitements monstrueux des êtres humains envers lui. Il aurait été piégé dans un cercle infernal de douleur et de peine. Oui, il se voyait comme le faucheur offrant le repos à une âme tourmentée. Il fallut quelques secondes aux bourreaux pour réagir. Ceux-ci fixaient le corps inerte du pokétai battu, un air horrifié et terrorisé sur leurs visages si laids. Décidé à ne pas créer un nouveau bain de sang, il sourit de façon presque sadique ; de loin, on aurait pu croire à une promesse de longues et douloureuses souffrances. En réalité, il voulait juste les faire détaler. Ce qui marcha à merveille, à vrai dire.

Il s'approcha du Kapoera immobile au sol et, ne constatant aucune réaction, fut forcé de vérifier son pouls pour savoir s'il était bel et bien décédé des suites de ses blessures. Il resta éberlué en constatant qu'il y avait bel et bien un pouls. Faible, certes. Presque inexistant, il était d'accord aussi. Mais il était toujours vivant. C'était rassurant. Ses lèvres s'étirèrent en une moue rassurée. Il s'apprêtait à l'emmener dans un lieu où il pourrait le soigner, mais il sentait la présence d'autres pokétais. Ceux-ci seraient sûrement plus efficaces que lui, et il trouveraient rapidement le jeune Chamallot caché dans la grotte à côté. Tant mieux. Si cela se finissait ainsi, il ne pouvait décidément pas se plaindre. Tout se déroulait à merveille. Il n'avait plus qu'à lever les voiles.

Ce fut rapide. Il s'éleva en l'air, pour la troisième fois de la matinée, avant de se diriger vers sa propre grotte. Il avait une sieste à terminer ; il supposait qu'après cela, il avait bien le droit de dormir durant tout le reste de la journée, non ?

Au loin, on pouvait voir une ombre noire quitter la zone de Lava Reef.





Derrière
l'écran


✥ Nom/pseudo : Terra/Lys.
✥ Âge : 18 balais.
✥ Source de l'Avatar : Orihara Iazaya, Durara. Je pense que si je ne montre pas son dos et le haut de sa tête, ça ira, non ?
✥ Que pensez-vous du forum ? : Je vois quelques fautes d'orthographe et le système d'affichage du profil n'est vraiment pas agréable :/ Sinon, il est très joli ♥
✥ Comment avez vous connu le forum :Top-Site.
✥ Autre chose : J'ai faim 8D






Invité
Invité




MessageSujet: Re: Yami ▬ Protect what matters the most (100%) Ven 15 Juin - 16:31
Bonjour, bonsoir,

    Tout d'abord bienvenue.

    Je m'excuse personnellement du retard d'analyse de votre fiche. Après avoir lu, votre fiche j'en conclue que vous avez un style d'écriture que j'apprécie. Facile à lire, agréable, c'est tout bonnement parfait, même au niveau des lignes. Pour la suite, l'histoire m'a tiré une larme, je dois l'avouer. Le test-RP pour moi est parfait, à voir ensuite avec le donneur en question. Sur ce.

    Tu es validé !


Bon séjour parmi nous !
Shin, l'Empereur de la Glace pour vous servir ~
avatar
Nexurus
Ken, aussi Bête qu'il en a l'Air


Âge : 500
Localisation : Je reste dans mon caillou !
Emploi/loisirs : Manger vos rêves et les culottes !
Humeur : Curry !
Messages : 494
Expérience : 30


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Yami ▬ Protect what matters the most (100%) Ven 15 Juin - 16:37
Salutation,

    Rien à redire.

    Je te valide.


Bon jeu
Shin, Le Dragon des Mers
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Yami ▬ Protect what matters the most (100%)

Yami ▬ Protect what matters the most (100%)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Syd Matters, jeudi aux Docks
» Syd Matters
» Ulquiorra Yami
» Track and Protect
» [OP/ED] Yami to boushi to hon no tabibito

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PokéTai :: Découvrons ces Terres :: Les Désirs :: Anciennes fiches-